ImageShackAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Espagne] Parc naturel de Monfrague et alentours - Fin avril 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fisher24
Admin


Messages : 70
Date d'inscription : 25/08/2009
Age : 35
Localisation : Mussidan (24)

MessageSujet: [Espagne] Parc naturel de Monfrague et alentours - Fin avril 2015   Sam 16 Mai - 16:42

Bonjour à toutes et à tous,
Voici le récit de nos vacances en Estrémadure (Espagne), vacances qui ont eu lieu du 24 avril au 03 mai 2015.

Vendredi 24 avril :

Il est 12h30, Corinne a débauché, la voiture est chargée. Nous partons donc en direction de notre première étape : le Mac Do situé à 10 minutes de route !
Une fois restaurés, nous roulons environ 3h30 pour arriver à la réserve de Plaïaundi, située en Espagne, juste à côté d’Hendaye.
Cette étape nous aura permis de faire une bonne coupure et de nous dégourdir les jambes, tout en faisant nos premières observations ornithologiques. Au menu : un joli grèbe castagneux qui nous accueille à l’entrée de la réserve, une foulque macroule et son poussin (d’autres en train de couver), quelques canards chipeaux, des canards colverts et leurs poussins,  un couple de cygnes tuberculés en train de couver, quelques grands cormorans, un bihoreau gris qui s’envole furtivement d’un buisson à un autre, une aigrette garzette, un héron cendré immobile telle une statue, une trentaines de tournepierre à collier et une dizaine de courlis corlieux qui arrivent avec la marée montante, des mouettes et goélands, un rougegorge plus que familier, un couple de merles noirs, une grive musicienne, une bouscarle de cetti qui ne trahira sa présence que par son chant, et quatre chevaliers aboyeurs. Ah j’oubliais, nous avons également observé dans un des affûts un couple d’humains en parade nuptiale, que nous avons visiblement dérangés ! Je vous passe les détails.



Grèbe castagneux


A gauche : Chevalier aboyeur ; A droite : Courlis corlieu


Le temps se gâtant, nous pique-niquons ensuite dans la voiture et nous roulons environ 2h30 avant de nous arrêter sur une aire de repos pour y passer la nuit. Nous serons confortablement installés puisque nous avons transformé la voiture en « bed-car » : les vitres sont cachée par des cartons découpés aux bonnes dimensions, les sièges arrières sont rabattus et les sièges avant avancés, ce qui nous permet d’y mettre un matelas. Nous avons bien entendu moins de place que dans un vrai lit mais nous passons une nuit tout de même relativement bonne.


Samedi 25 avril :

Dans la matinée, nous avalons les 4h30 de route qui nous sépare de l’appartement que nous avons loué à Torrejon el Rubio. Pour y parvenir, nous devons traverser la réserve naturelle de Monfrague, ce qui nous donne une petite idée des joyaux ornithologiques qui s’y trouvent. A peine entrons nous dans la réserve que nous voyons déjà tournoyer des dizaines de vautours fauves, le loriot d’Europe se fait entendre au loin, des hirondelles virevoltent, les guêpiers d’Europe roulent les R, bref ça gazouille partout malgré la météo maussade.






Vers 13h00, nous mangeons dans un petit bar-restaurant de Torrejon el Rubio … et là, nous nous confrontons aux premières barrières de la langue. Ici, dans cette région reculée où les seuls touristes sont des ornithologues, personne ne parle français. Il va donc falloir que j’aille puiser dans mes souvenirs d’années lycée pour sortir quelques morceaux de phrases en espagnol. Et puis il ne faut pas que je compte sur Corinne pour m’aider puisqu’elle n’a jamais appris cette langue. Mais finalement, ça revient petit à petit et j’arrive à peu près à me faire comprendre. Après le repas, nous nous dirigeons vers l’appartement pour nous installer. A peine arrivés, c’est un circaète Jean-Le-Blanc qui nous accueille. Des hirondelles de fenêtre font leur nid un peu partout, une hirondelle rustique chante sur un fil électrique, les cochevis huppés donnent de la voix et les étourneaux unicolores parcourent la prairie à la recherche de nourriture.



A gauche : Appartement de Torrejon el Rubio ; A droite : Hirondelle de fenêtre


Nous passons l’après-midi à Cacérès pour faire  quelques achats alimentaires, puis en soirée, nous allons au saut du Gitan (Salto del Gitano), gorge profonde où nichent de très nombreux vautours fauves qui passent parfois à 15-20 mètres de nos têtes ! Le spectacle est garantit !




Salto del Gitano (Saut du gitan)




Mais les vautours ne sont pas les seuls maîtres des lieux ! Les espèces courantes (grand cormoran, héron cendré, pinson des arbres, rougegorge familier, hirondelles de fenêtre, …etc) côtoient quelques raretés tels que le monticole bleu, la cigogne noire qui couve à flan de falaise, le bruant fou, le grimpereau des arbres, ...etc. Ici, les hirondelles de rochers se plaisent également à passer à quelques mètres de nous. Les oiseaux font leur vie sans se soucier des très nombreux observateurs. Avant de partir, ce sont quelques hirondelles rousselines qui nous font le plaisir de se poser sur un arbre mort à une quinzaine de mètres ! Plus facile à prendre en photo qu’en plein vol … .



Vautour fauve


Hirondelle rousseline


C’est donc avec des images plein la tête que nous retournons à l’appartement, en se promettant de revenir quotidiennement (ou presque) au saut du Gitan.


Dimanche 26 avril :

Aujourd’hui, nous décidons de faire un repérage de l’ensemble du parc de Monfrague, en nous arrêtant à tous les points d’observation (qui se trouvent en bord de route). Nous commençons par prendre quelques informations au syndicat d’initiative de Villareal de San Carlos, puis nous nous dirigeons vers les différents points d’observation : El Pliegue, Fuentes Tres caños, La Tajadilla, La Bascula, La Higuerilla, pour terminer par la Portilla del Tiétar.
Avant même d’arriver au premier point d’observation, je repère deux perdrix rouges au milieu des Cistes ladanifères. A peine le temps de prendre une photo que j’entends du bruit dans la végétation. C’est alors qu’une quarantaine de biches traverse la route sous nos yeux, à peine gênées par notre présence. Cet endroit est vraiment plein de surprises ! Quelques mètres plus loin, c’est une fauvette passerinette et une alouette lulu qui se laisseront prendre en photo.



Perdrix rouge


Fauvette passerinette


Alouette lulu


Nous roulons quelques kilomètres avant de tomber à nouveau sur quelques biches. Elles semblent être partout ici.




Biches (femelle de cerf élaphe)



Puis c’est un circaète Jean-le-blanc qui cerclera au-dessus de nous, sûrement à la recherche d’un serpent à se mettre sous le bec.
Nous arrivons à la Higuerilla où de nombreux vautours moines et vautours fauves nous attendent. Nous y faisons également notre première observation d’aigle Botté. C’est un véritable balai qui se joue au-dessus de nos têtes.



Vautour moine


Bruant fou


En soirée, nous retournons au saut du Gitan où nous avons eu la chance de voir (entre autres) un couple de vautours fauves aux côtés de leur petit, sur le rocher le plus proche de la route. Une belle photo de famille s’imposait !



Couple de vautours fauves et leur petit


Sur la route du retour à l’appartement, nous observons de nombreux cochevis huppés, et quelques bruants proyers qui chantent du haut de leurs branches.



Cochevis huppé


Bruant proyer



Lundi 27 avril :

Aujourd’hui nous sortons un peu du parc de Monfrague pour nous rendre dans la zone humide de Saucedilla. Ici, 5 affûts gratuits sont proposés aux visiteurs, à condition d’aller chercher une clé à l’entrée de la réserve.
A peine arrivé, j’observe une talève sultane et 2-3 hérons pourprés. Les hirondelles rustiques volent également dans tous les sens.



Héron pourpré


Nous ferons d’autres observations sympas : bruant proyers, cochevis huppés, hérons garde-bœufs, faucon crécerellette, pie-grièche méridionale, guêpiers d’Europe, foulques macroules, cigognes blanches, …etc. Bref, une bien belle balade.



A gauche : Faucon crécerellette ; A droite : Cochevis huppé


Pie grièche méridionale


Pie grièche méridionale


Héron garde-boeufs



Mardi 28 avril :

Dans la matinée, nous faisons la tournée des différents miradors du parc de Monfrague, en commençant par le saut du Gitan. Nous arrivons de bonne heure, non seulement parce qu’il y a moins de monde mais aussi parce que nous voulons assister à l’envol des vautours.
Pour l’instant, le soleil est timide. Les vautours fauves se chauffent les plumes sur les parois rocheuses. Deux ornithologues anglais munis de longues vues nous indiquent la présence d’un vautour percnoptère puis d’un faucon pèlerin. Ils sont tous deux malheureusement trop loin pour les prendre en photo. Pas grave, c’est déjà sympa d’observer ces espèces peu courantes.
En matinée, le couple de cigognes noires qui niche dans les rochers est beaucoup plus actif. Une des deux cigognes fait quelques allées et venues avec des matériaux pour parfaire le nid puis se pose en haut d’un rocher pour un bon bain de soleil.




Cigogne noires




Le monticole bleu est toujours aussi bavard pour attirer sa belle, tout comme le serin cini du haut de sa branche. Les hirondelles de rochers, les hirondelles rousselines et les hirondelles de fenêtre profitent de la pluie de la nuit pour récupérer un peu de boue dans une flaque d’eau.



Monticole bleu mâle


Serin cini


Hirondelles de fenêtre


Hirondelle de rocher


Hirondelles de rocher



Au niveau d’un autre point d’observation, 2 biches traversent la rivière tandis que les vautours moines nous font l’honneur de leur visite … tout comme l’aigle Botté, toujours présent dans le même secteur.



Biches


Vautour moine


Aigle Botté


En milieu d’après-midi, nous décidons de faire une des 3 randonnées de la réserve, celle qui est balisée en jaune et qui va du village de Villareal de San Carlos au point de vue de la Higuerilla. Sur le chemin, plein de petites bébètes à photographier : des bousiers, des "petits" lézards, …etc. Mais si cette randonnée restera longtemps gravée dans ma mémoire c’est parce que nous avons eu la chance de voir 2 vautours percnoptères cercler au-dessus de nous … parfois trop près même pour être pris en photo ! Un moment magique comme il y en a beaucoup ici.



Bousiers communs (Scarabaeus laticollis)


Psammodrome algire


Psammodrome algire


Bébète au nom inconnu ...


Un panorama de toute beauté !


Vautour percnoptère (ou percnoptère d'Egypte)




Arrivés au point de vue de la Higuerilla, nous sommes estomaqués d’observer une biche couchée à l’ombre d’un rocher, en bord de route, à même pas 15 mètres de nous. Quelques instants plus tard, nous rencontrons les gardes de la réserve, très sympas, avec qui on échangera un long moment … en anglais, langue que Corinne et moi maîtrisons un peu plus que l’espagnol. Ils nous expliqueront qu’ici, les cerfs sont très peu farouches car non chassés. Un des deux gardes nous confie même qu’à cet endroit, un renard à pris l’habitude de venir tout près des touristes pour réclamer à manger … . Ils sont vraiment rusés ces renards !



Biche


Renard roux



Après une bonne demi-heure de discussion avec les gardes, nous prenons le chemin du retour, où cette fois-ci, c’est une pie-grièche à tête rousse qui se laissera prendre en photo.



Pie-grièche à tête rousse


Nous arrivons au parking bien fatigués mais encore une fois, avec des images plein la tête.


Mercredi 29 avril :

Aujourd’hui, l’objectif est de chercher les outardes barbues dans des endroits réputés … mais nous n’arriverons pas à les dénicher. Pas grave, en estrémadure, il y a toujours quelques boules de plumes à observer. Les bords de routes et de chemins hébergent bruants proyers, huppes fasciées, cochevis huppés, pie-grièches à têtes rousses, guêpiers d’Europe, pies bleues, cisticoles des joncs, …etc.




Chênes liège, très nombreux en estrémadure


Huppe fasciée


Bruant proyer


Cisticole des joncs mâle ?


En fin de matinée, nous nous arrêtons dans une zone humide, près de Talavan où nous assisteront à un joli concert de rousserole turdoïde. Des moineaux espagnols feront également d’incessants allés-retour dans les roseaux pour amener des bouts de plumeaux dans leur nid. C’est le seul endroit du séjour où nous en verrons.



Moineau espagnol mâle


Nous nous rendons ensuite dans le joli village de Trujillo pour observer les faucons crécerellettes qui y sont normalement présents en nombre. Malheureusement, nous ne verrons pas plus de faucons crécerellettes que d’outardes. Peut-être n’y sommes nous pas allés au bon moment de la journée. Par contre les choucas des tours et les cigognes blanches sont présents un peu partout.



Trujillo


Trujillo


Choucas des tours


Cigogne blanche et ses 2 petits (remarquez la différence de taille entre les deux jeunes)

En soirée, nous retournons sur Monfrague, et plus précisément à Portilla del Tietar où nous ferons deux observations rares. La première concerne l’aigle impérial ibérique.
Mais alors qu’on s’apprêtait à repartir à l’appartement, nous recroisons les gardes de la réserve qui nous informent qu’il est très probable qu’on puisse observer le grand duc d’Europe à la tombée de la nuit. Nous restons donc un peu. Et une petite demi-heure avant la tombée de la nuit, un autre instant magique s’offre à nous : nous avons le bonheur d’observer deux jeunes grands-duc d’Europe (surnommés « bébés choubacas » par Corinne). Ils sont loin et la luminosité est faible mais j’arrive à immortaliser l’instant grâce aux nombreux ornithologues présents sur place et qui nous ont montré où ils étaient (car pas facile du tout à repérer).



Grands-ducs d'Europe juvéniles

Nous rentrons ensuite à l’appartement … pour la première fois de nuit. Etant donné le nombre de cerfs présents dans la région, je roule très prudemment et heureusement ! En effet, en une dizaine de kilomètres, nous croisons 2 perdrix rouges, un renard, plusieurs biches, et un lièvre.


Jeudi 30 avril :

En milieu de matinée, nous nous rendons à Portilla del Tietar, à la sortie de la réserve de Monfrague. En effet, un français rencontré la veille à l’appartement nous a indiqué qu’il y avait un nid d’aigle impérial ibérique dans un grand arbre, juste à côté de la falaise. Lorsque nous arrivons sur place, des ornithologues, nous indiquent l’emplacement du nid qu’on distingue à peine avec les jumelles. Les habitués connaissent bien l’emplacement du nid qui est occupé chaque année. De temps en temps, nous apercevons la tête blanche du petit aiglon mais il faudra attendre le début d’après-midi pour voir un des deux parents se poser au nid et en redécoller un quart d’heure plus tard. La distance ne facilite pas les prises de vue mais ce n’est pas tous les jours qu’on peut observer ce magnifique rapace !


Aigle impérial ibérique


Aigle impérial ibérique


Aigle impérial ibérique


Entre temps, c’est un circaète Jean-Le-Blanc et une cigogne noire qui rejoindront la carte mémoire de mon appareil photo.



Circaète Jean-Le-Blanc


Cigogne noire


Dans l’après-midi, nous revenons à la zone humide de Saucedilla, avec en tête, l’idée de prendre de meilleures photos de la talève sultane. Nous les observons longuement en train de nourrir 2 jeunes. Elles restent très peu de temps à découvert mais avec un peu de patience, je parviens tout de même à leur tirer le portrait, tout comme celui du guêpier d’Europe, du héron garde-bœufs, de la grande aigrette, et de l’hirondelle rustique. La pie-grièche méridionale est toujours au même endroit mais est restée hors de portée de mon téléobjectif.



Talève sultane


Talève sultane


Guêpier d'Europe


Guêpier d'Europe


Héron garde-boeufs


Héron garde-boeufs


Hirondelle rustique


Grande aigrette


Vendredi 1er mai :

Aujourd’hui nous faisons 2 randonnées : celle qui aboutit au château de Monfrague, puis celle qui va de Villareal de San Carlos au point de vue de Cerro Gimio (itinéraire balisé en vert).
Au retour de la première balade, nous observons un joli lézard ocellé et un insecte dont on ignore le nom.




Vue sur le saut du gitan (à gauche) et sur le château de Monfrague (à droite)


Vue depuis le château de Monfrague


Lézard ocellé


Insecte inconnu


Lors de la deuxième balade, beaucoup plus longue celle-là, nous sommes d'abord accueillis par un rossignol philomèle qui donne de la voix.



Rossignol philomèle (bagué)


La fin du parcours, assez sportif, débouche sur les hauteurs, avec une vue panoramique sur le saut du Gitan et les alentours. Sans aucun doute la plus belle vue du séjour. D’après les panneaux d’information, on peut normalement observer un nid de vautour moine mais nous n’avons pas réussi à le trouver. Par contre, le fait d’être sur les hauteurs nous a permis d’observer de très près les vautours fauves en vol, et même un couple de vautours moines et un vautour percnoptère qui se dirigeait vers le saut du gitan.




Petite tortue photographiée par Corinne au bord d'un ruisseau


Laurent en train de guetter les vautours


Vautour fauve


Vautour fauve


Vautour moine


Vautour moine


En soirée, en nous dirigeant vers l’appartement, nous faisons une courte pause au saut du gitan, où le monticole bleu nous fait une nouvelle fois l’honneur de sa présence, tout comme le bruant fou.



Monticole bleu


Bruant fou


Samedi 2 mai :

C’est notre dernier jour à Monfrague et nous ne pouvions pas terminer autrement que par le saut du gitan. Nous y restons toute la matinée avant de repartir vers la France. Ce matin encore, ce magnifique lieu nous offre quelques un de ces joyaux ailés. Au programme : le couple de cigogne noires, de nombreux vautours fauves, des hirondelles rousselines qui se toilettent sur un arbre mort, le couple de monticoles bleus (avec pour la première fois, une photo de madame), un grimpereau des arbres avec des larves plein le bec, le bruant fou, 3 pinsons des arbres juvéniles qui crient famine à 2-3 mètres de nous, un chardonneret élégant, le Serin cini qui chante toujours, les hirondelles de rochers qui nous frôlent à toute vitesse, le troglodyte mignon qui chante à tue-tête, …etc.



Cigognes noires


Cigognes noires


Hirondelle rousseline


Hirondelle rousseline


A gauche : Bruant fou ; A droite : Grimpereau des bois


Vautour fauve


Pinson des arbres juvénile


Monticole bleu mâle


Monticole bleu femelle


Monticole bleu femelle


Fauvette passerinette mâle


Troglodyte mignon


Serin cini


C’est avec un peu de tristesse que nous quittons Monfrague et l’estrémadure où nous avons observés pas moins de 64 espèces d’oiseaux (cf. liste en fin de récit) dont 25 observées pour la première fois et 20 prises en photo pour la première fois.
En soirée, nous passons la frontière et décidons de passer la nuit en « bed-car » sur une aire d’autoroute près de Bayonne. Cela nous permettra, le lendemain, avant de rentrer à la maison, de faire une dernière étape à la réserve de Plaïaundi situé à 20 minutes de route, à la frontière espagnole.



Dimanche 3 mai :

Tout comme à l’aller, nous nous arrêtons à la réserve de Plaïaundi, près d’Hendaye. En plus des espèces observées la première fois, nous ferons 2 observations sympas : un crabier chevelu et un héron pourpré.



Canard chipeau mâle


Canard chipeau femelle


Crabier chevelu


Il est midi et cette fois-ci les vacances sont bel et bien terminées ! Encore 3 bonnes heures de route et nous sommes à la maison.




Espèces observées à Monfrague et alentours : Alouette lulu, Aigle botté, Aigle impérial ibérique, Aigrette garzette, Bergeronnette grise, Bruant fou, Bouscarle de Cetti, Bruant proyer, Chardonneret élégant, Cigogne blanche, Cigogne noire, Circaète Jean-Le-Blanc, Cisticole des joncs, Cochevis huppé, Coucou gris, Echasse blanche, Etourneau unicolore, Faucon crécerelle, Faucon crécerellette, Faucon pèlerin, Fauvette à tête noire, Fauvette mélanocéphale, Fauvette passerinette, Foulque macroule, Gallinule poule d’eau, Grand cormoran, Grande aigrette,  Grèbe castagneux, Grèbe huppé, Guêpier d’Europe, Grimpereau des arbres, Héron garde-bœufs, Héron cendré, Héron pourpré, Hirondelle de fenêtre, Hirondelle des rochers, Hirondelle rousseline, Hirondelle rustique, Huppe fasciée, Loriot d’Europe, Merle noir, Mésange bleue, Mésange charbonnière, Milan noir, Milan royal, Moineau domestique, Moineau espagnol, Monticole bleu, Perdrix rouge, Pie bavarde, Pie bleue, Pie-grièche à tête rousse, Pie-grièche méridionale, Pinson des arbres,  Rousserole turdoïde, Talève sultane, Serin cini, Tarier pâtre, Traquet motteux, Troglodyte mignon, Rollier d’Europe, Vautour fauve, Vautour moine, Vautour percnoptère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.natural-peche.com
 
[Espagne] Parc naturel de Monfrague et alentours - Fin avril 2015
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers un Parc naturel régional pour l'Aubrac
» Chalet dans le parc naturel du haut jura aux Bouchoux
» (77 & 91) Le Parc Naturel Régional du Gâtinais Français
» Parc Naturel de CABARCENO (Espagne)
» Les Açores : Le Parc Naturel de Faial reçoit un prix pour sa gestion du développement durable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
1001balades :: Raconter son voyage :: Europe (Hors France)-
Sauter vers: